La maison

DEPUIS 1968

Une histoire surprenante

XIXè

19ème Siècle

Un héritage de plusieurs décennies…

Au 19ème siècle, la culture et le travail de la vigne sont inscrits dans les gènes des grands-parents, parents, enfants et petit-enfants Deville, mais le désir de champagniser ne s’est pas encore manifesté. En effet, à cette époque, la famille Deville est propriétaire de ses vignes depuis au moins cinq générations, mais les anciens vendent leurs raisins aux grandes Maisons de champagne… 

1966

1966

L’envie d’aller plus loin

C'est en 1966, alors que Jean-Paul Deville a 23 ans et qu'il travaille la vigne comme son père et son grand-père avant lui, que lui vient l'envie de créer à partir de son raisin, un champagne à son nom. Il crée donc son propre assemblage qu'il vinifie et place en vieillissement dans ses caves.

1968

1968

Une maîtrise complète du processus de vinifaction

Souhaitant maîtriser l'ensemble du processus de champagnisation, Jean-Paul décide de construire un pressoir Deville à Verzy. Cela lui permet de presser ses propres raisins et de prendre en charge la vinification de ses vins de A à Z.

1968

1968

Sortie de la première cuvée de Champagne Deville

C'est en 1968 que sort la première cuvée commercialisée sous la marque Jean-Paul Deville. C'est le début d'une belle aventure...

1986

1986

Naissance du Rosé

En 1986, Champagne Jean-Paul Deville est un des premiers ``petits producteurs`` à se lancer dans l'élaboration de champagne rosé, selon la méthode traditionnelle de l'assemblage.

1996

1996

Création du Blanc de Blancs

Pour continuer sur sa lancée, Jean-Paul Deville décide de créer dix ans plus tard un champagne Blanc de Blancs... un pari osé puisque la Maison Deville se situe dans un village classé Grand Cru de la Montagne de Reims et donc réputé pour ses pinots noirs ! Avec ses Chardonnays qui pinotent et son vieillissement de 4 ans, le résultat donne un Blanc de Blancs pas tout à fait comme les autres. Pari réussi puisqu'il connait un succès jamais démenti depuis sa sortie !


2015

2015

Un héritage familial

Suite à son retour en 2011 sur l'exploitation, Marie-Alice, fille de Jean-Paul, décide de reprendre des études d'oenologie afin d'approfondir son expertise dans le domaine du vin et d'apporter des connaissances techniques à la maison. Elle obtient son Diplôme National d'Œnologue à Reims en 2015 et participe dès lors à l'élaboration des cuvées de la Maison avec son père.

2017

2017

Une avancée en matière de conservation...

En 2017, suite à l'envoi d'un questionnaire à tous nos clients pour connaître leur sensibilité à la couleur du verre de la bouteille, nous décidons de réaliser le tirage de notre cuvée Opalis Blanc de Blancs en bouteilles noires... Jusqu'ici commercialisées en bouteilles transparentes, nous avons fait ce choix pour des raisons de conservation du vin et de protection de ce dernier par rapport à la lumière. Les première bouteilles noires sortiront en 2021.

2018

2018

Sortie d'une cuvée d'exception pour les 50 ans de la Maison

50 ans après la sortie de la première cuvée Deville, Marie-Alice dévoile Quinte Essences, une cuvée éphémère créée spécialement pour l'occasion. Tirée à 5000 exemplaires seulement, cette cuvée déclinée en Brut Nature et Extra-Brut met en avant pour la première fois des cépages oubliés. Ainsi l'arbanne et le petit-meslier viennent s'ajouter aux cépages plus traditionnels, le pinot noir, le meunier et le chardonnay.



Vignerons

Notre métier

Notre métier de vigneron, nous le vivons au fil des saisons, à travers des étapes manuelles, précises.


L'hiver offre à la vigne un repos végétatif bien mérité après les efforts de l'été. Pourtant si vous vous promenez un hiver dans notre vignoble, vous nous verrez patiemment modeler nos ceps par la taille et le liage pour trouver le juste équilibre entre vigueur et fertilité et assurer la qualité de la prochaine récolte.


Au printemps, la vigne se réveille. On dit qu’elle débourre. Elle prépare la vendange prochaine…. Alors, nous lui portons toute l'attention qu'elle réclame, via les "travaux en vert":


L'ébourgeonnage
Pour éviter que la vigne ne s'épuise inutilement, nous retirons les
bourgeons "gourmands" qui ne porteront pas de fruits.


Le relevage
Seconde étape de structuration, nous relevons les rameaux pour organiser
l'architecture de la vigne.


Le palissage 
Afin de limiter les risques de pourriture, d'augmenter l'aération et
d'optimiser l'ensoleillement de nos ceps, nous étalons les rameaux.


Le rognage 
Etape qui se répète maintes fois au cours de l'été, le rognage permet de limiter la vigueur de la vigne pour favoriser la qualité de la récolte plutôt
que la quantité. 


Enfin l'automne arrive et avec lui le temps de la vendange, conduite exclusivement à la main afin de respecter l'intégrité de nos raisins et donc la qualité de leur jus.

C'est alors que commence notre métier de vinificateur. Pour faire un vin blanc aussi exceptionnel que le champagne à partir d'un vignoble planté pour deux tiers de raisins noirs (pinot noir et meunier), nous avons un secret : la méthode champenoise.



                                                                   

                                                                     


Mise en bouteille

Le flaconnage

Le verre des flacons de champagne est plus épais et résistant que celui des bouteilles d'autres vins, afin de pouvoir résister à la forte pression de gaz renfermé (6 atmosphères). Le fond du flacon, fortement creusé pour la même raison, permet aussi au remueur de bouteilles d'y glisser son pouce et aux adeptes de l'art du «service à la champenoise» de tenir la bouteille par le fond.


Le champagne est le vin pour lequel il existe le plus grand nombre de flacons de tailles différentes. Si il est habituellement vendu en bouteille (75 cl), demie-bouteille (37.5 cl) ou magnum (1.5 l), le champagne a le choix de 15 contenances allant de 20 cl à 30 l, les plus connues étant :


Le jéroboam
3 litres, soit quatre bouteilles, est le plus demandé des grands flacons.

Le mathusalem
6 litres, soit huit bouteilles

Le salmanazar
9 litres, soit douze bouteilles

Le balthazar
12 litres, soit seize bouteilles

Le nabuchodonosor
15 litres soit vingt bouteilles, ou 120 à 160 flûtes


Il faut savoir que plus le flacon est grand, mieux le champagne vieillit. Ainsi, une demie-bouteille est faite pour être bue rapidement, alors qu'un jéroboam se gardera des années.



champagne